Régressions du sommeil : comment aider mon enfant ?

Alors qu’il dormait bien et qu’il semblait avoir trouvé son rythme, votre enfant a désormais des difficultés à s’endormir ? Il raccourcit son temps de sieste et se réveille plus facilement la nuit ? Pas de panique, ces régressions du sommeil chez l’enfant sont très courantes et font même parties du chemin vers l’autonomie. Un chemin long et parfois semé d’embûches… Je vous en dis plus ?

régressions sommeil enfant

L’autonomie au sommeil chez l’enfant est un processus qui va se mettre en place progressivement au fil des mois. En effet, si les premières semaines peuvent être difficiles, bébé va petit à petit, en grandissant, commencer à faire des nuits paisibles. Il faut du temps pour qu’un rythme s’installe et que les rituels se mettent en place. Chaque enfant est différent. Lorsque l’équilibre semble enfin trouvé, les régressions du sommeil peuvent être difficiles à vivre pour les parents. Alors comment s’expliquent ces régressions et que faire pour aider son enfant ?

Régressions du sommeil : ce qu’il faut savoir

Une régression du sommeil peut apparaître soudainement alors que bébé dormait très bien jusqu’à maintenant. Elle se manifeste par un changement de son rythme de sommeil : refus de dormir, difficultés d’endormissement, siestes compliquées voire inexistantes, réveils nocturnes… Les régressions sont en général présentes le jour comme la nuit. Votre enfant va alors accumuler de la fatigue, ce qui peut être difficile à gérer, pour lui comme pour vous.

Comment s’expliquent les régressions ?

Les régressions du sommeil peuvent avoir différentes origines. Elles peuvent tout d’abord faire leur apparition en cas de changement important dans la vie de l’enfant : déménagement, entrée à la crèche, sevrage en journée ou encore séparation des parents ou arrivée d’un deuxième enfant… En effet, lorsque sa routine est perturbée, que ses repères changent, la qualité de son sommeil peut être impactée. Il va falloir récréer des habitudes, que votre enfant intègrera au fil des jours (il faut compter en moyenne 21 jours, parfois plus, parfois moins selon chacun). Lorsqu’il a des poussées dentaires, qu’il est enrhumé ou lorsqu’il débute la diversification alimentaire, un enfant peut aussi rencontrer des difficultés de sommeil. Il n’y a pas à s’inquiéter de ces perturbations, elles sont passagères. Tout rentrera dans l’ordre progressivement.

Les régressions du sommeil peuvent également survenir lorsque votre enfant est train de vivre une évolution importante dans son développement, surtout durant ses deux premières années. Elles sont normales, physiologiques et peuvent durer entre 3 jours et 6 semaines. La durée dépend bien sûr de chaque enfant mais aussi de la cause de son apparition.

Quand peuvent survenir les régressions ?

Les régressions du sommeil dites physiologiques peuvent apparaître, de manière soudaine à différentes étapes du développement de votre bébé. Bien entendu, ces régressions ne touchent pas tous les enfants de la même manière. Certains même y échapperont !

Elles peuvent se manifester vers :

  • 3-4 mois : bébé s’éveille de plus en plus et devient très sensible à son environnement. Il commence également à davantage bouger. Son cycle de sommeil évolue. Il ne s’endort plus aussi facilement et a besoin d’un endroit calme pour dormir.
  • 8-10 mois : il commence à se verticaliser avec l’acquisition de la position assise. De plus, cette période correspond à l’apparition de l’angoisse de séparation.
  • 12 mois : bébé peut faire ses premiers pas. C’est le début de l’apprentissage de la marche. Selon les enfants, cette période peut être plus ou moins longue. C’est pour cette raison que les troubles du sommeil peuvent durer plusieurs semaines.
  • 18 mois : le développement du langage ainsi que celui de la continence peuvent perturber également le sommeil de bébé. De plus, c’est aussi le moment où il traverse une véritable tempête émotionnelle (début de la phase du « non », développement de l’imaginaire).
  • 24 mois : vers 2/3 ans, votre enfant acquiert en général la continence. C’est aussi une période durant laquelle il affirme sa personnalité.

Ces repères de développement peuvent ainsi vous aider à comprendre pourquoi, soudainement, votre enfant ne dort plus aussi bien.

Comment réagir et aider mon bébé à retrouver le sommeil ?

Pour faire face aux régressions du sommeil de votre enfant, la patience est votre meilleure alliée. En effet, même si elles durent plusieurs semaines, elles finissent par passer spontanément, parfois du jour au lendemain.

Lorsque le sommeil de votre enfant est perturbé, maintenez vos rituels, votre routine avec les mêmes horaires, autant que possible : ces repères sont importants pour votre enfant car ils le rassurent. Au quotidien, encouragez-le dans ses nouvelles acquisitions, accompagnez-le au mieux et accordez-lui le temps dont il a besoin. Pendant la période de l’angoisse de séparation, votre enfant a surtout besoin d’être rassuré et de passer des moments de qualité avec vous afin de recharger son réservoir affectif. Des jeux comme « Coucou caché » peuvent être intéressants durant cette phase.

Quoi qu’il en soit, rappelez-vous toujours que ce n’est qu’une phase et que, comme toutes les autres, elle aura une fin. Votre bienveillance et votre patience permettront à vous et votre enfant de surmonter au mieux ces difficultés de sommeil.

Si la phase de régression dure trop longtemps et que vous vous sentez démunis, n’hésitez pas à vous faire aider par un professionnel. Je propose, si vous le souhaitez, un accompagnement parental personnalisé : il peut être l’occasion de parler du rythme de sommeil de votre enfant afin de trouver des solutions ensemble. Un atelier sur le sommeil est également disponible : il comprend 14 vidéos qui vous permettront de retrouver un sommeil serein avec votre enfant.

Cet article a été rédigé par Marie Mourot & ParlonsBambins / Publié le 25 janvier 2022

Crédit photo : pexels.com © Tatiana Syrikova

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Partager cet article

TÉLÉCHARGEZ VOTRE EBOOK 

Les 10 questions les plus fréquentes

durant le premier mois de bébé