Angoisse de séparation : comment aider son enfant ?

Si vous êtes jeunes parents, vous avez déjà certainement entendu parler de l’angoisse de séparation. Alors, de quoi s’agit-il réellement ? Comment se manifeste cette angoisse et comment aider votre enfant à mieux la gérer ? J’évoquerai également, dans cette article, quelques astuces pour mieux appréhender la séparation avec votre enfant, de manière générale, jusqu’à 3 ans environ.

angoisse de séparation

À partir de 6 mois et ce jusqu’à 3 ans environ, se séparer de son parent peut être angoissant pour un jeune enfant. En effet, lorsqu’il ne vous voit plus, que vous partez, il ne sait pas quand vous allez revenir, ce qui est généralement très stressant pour lui. Sa temporalité est différente de la vôtre. Pour l’apaiser au quotidien et sur le long terme, les routines sont essentielles. C’est la succession des actions au fil de la journée, chaque jour, qui va permettre de le rassurer.

Angoisse de séparation : mes astuces pour accompagner votre enfant

L’angoisse de séparation est une étape normale du développement de votre bébé. Elle apparaît en général autour de 8 mois, parfois avant, parfois après. À partir de ce moment là, votre enfant comprend qu’il est un être à part entière et qu’il ne forme plus un tout avec ses parents. Cette prise de conscience peut l’angoisser, notamment lorsqu’il doit se séparer de vous. C’est pour cette raison que les pleurs peuvent survenir lorsque vous partez, même avec des personnes qu’il connaît bien (grands-parents, auxiliaires de puériculture…). Des régressions du sommeil peuvent aussi apparaître à ce moment là. Cette angoisse peut se manifester jusqu’à environ 3 ans, avec plus ou moins d’intensité selon les enfants. Alors, comment l’aider à traverser cette période afin qu’il s’habitue, petit à petit, à se séparer de vous ?

Anticiper les moments de séparation

Pour habituer votre bébé à se séparer de vous, vous pouvez commencer, dès votre congé maternité, à vous octroyer des petits moments rien qu’à vous. En plus de vous être bénéfiques, ces moments sont également importants pour préparer votre enfant. De manière générale, qu’il soit encore très petit ou plus grand, évitez de vous éclipser en douce. Prenez le temps de lui expliquer ce que vous allez faire et qui va s’occuper de lui pendant votre absence. Rassurez-le en lui disant que vous allez revenir. Conscientisez toujours la séparation avec un petit bisous et un signe de la main par exemple. Et lorsque vous partez, faites-le vraiment. Ne revenez pas sur votre décision car votre bébé risquerait de se sentir perdu et de ne pas comprendre.

Le jeu coucou caché : un super allié pendant la période de l’angoisse de séparation

Vers 8 mois, lorsque l’angoisse de séparation apparaît et que votre enfant semble plus agité, n’hésitez pas à jouer à « coucou caché« . Commencez par vous éloigner dans la pièce mais en restant en contact visuellement et verbalement avec lui. Sortez ensuite de son champ de vision mais en gardant toujours le contact verbal. Vous pouvez également placer un lange ou une couverture sur votre tête afin qu’il prenne conscience que même lorsqu’il ne vous voit pas, vous existez toujours. De plus, cela l’amuse en général beaucoup. Tout cela permettra de rassurer votre bébé et de l’habituer progressivement à se séparer de vous temporairement.

Augmenter progressivement les temps de séparation

Lors des premières séparations avec votre enfant, veillez à faire des courtes séparations dans un premier temps. Augmentez la durée de vos séparations progressivement. En effet, votre bébé n’a pas la même temporalité que vous et le temps peut lui sembler vraiment très long. Il a besoin de s’habituer, petit à petit, à votre absence, de comprendre que vous revenez toujours. C’est la répétition de ces temps de séparation qui permettront à votre bébé de se sentir rassuré lorsque vous partez.

Prendre le temps au moment de la séparation

Lorsque vous confiez votre enfant à une nouvelle personne, prenez le temps qu’il faut pour les présentations. Présentez-la à votre enfant et ne partez pas tout de suite. Idéalement, demandez-lui d’arriver une vingtaine de minutes à l’avance afin que la transition se fasse en douceur et que votre bébé se sente en confiance et en sécurité. Si votre bébé va à la crèche et que c’est possible pour vous, n’hésitez pas aussi à prolonger un peu la période d’adaptation (aussi appelée période de familiarisation) si nécessaire, surtout si c’est un gros changement pour lui. Les temps d’accueil peuvent par exemple être plus courts au début afin qu’il se familiarise avec son nouvel environnement.

Votre attitude est également essentielle au moment de la séparation, que ce soit à la crèche ou à la maison. Gardez autant que possible une attitude positive, car votre bébé est une véritable éponge à émotions. Accordez-lui un moment de séparation de qualité, surtout s’il pleure. Écoutez-le et accueillez ses émotions, sans les banaliser. Donnez-lui un espace temps positif en lui parlant de vos retrouvailles, par exemple : « Après ton goûter, lorsque je reviendrai te chercher, nous irons au parc ensemble ».

L’objet transitionnel, un indispensable

Pour faciliter les séparations, n’hésitez pas également à lui laisser un lange avec votre odeur, son doudou ou tout autre objet transitionnel qu’il aurait choisi. En effet, cet objet est essentiel car il lui permet de mieux gérer la frustration du manque. Il est, pour lui, une véritable ressource pour se rassurer et aller vers le monde extérieur lorsque vous n’êtes pas avec lui. Dans certaines structures d’accueil, il est aussi possible de laisser des photos de famille dans un carnet afin que votre enfant puisse les consulter lorsqu’il en a besoin.

N’oubliez pas, enfin, que le temps est votre meilleur allié. En répétant tous les jours les mêmes choses (le rassurer, avoir le même discours positif, les mêmes espaces temps…), il va, petit à petit, s’habituer à ces séparations. Il va aussi s’éveiller de plus en plus et va avoir progressivement un rythme fixe de repas et de sommeil, des habitudes d’activités. Tout cela lui permettra d’avoir des repères de temporalité qui le rassureront durablement. Et pour comprendre tout l’intérêt et l’importance de ces routines dans la vie de votre enfant, je vous invite à découvrir mon coffret Stop aux crises (déjà disponible en précommande). Il comprend 14 cartes, illustrant chacune une situation conflictuelle ainsi que les solutions à mettre en place au quotidien pour la désamorcer.

Si vous souhaitez approfondir ce sujet et en savoir plus, n’hésitez pas à me contacter pour un accompagnement personnalisé. D’une durée de 45 minutes, ce moment sera l’occasion pour vous de me poser toutes vos questions et d’échanger sur cette période particulière.

Article rédigé par Marie Mourot & ParlonsBambins/ publié le 1er mars 2022

Crédit photo : pexels.com / © William Fortunato

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Partager cet article

TÉLÉCHARGEZ VOTRE EBOOK 

Les 10 questions les plus fréquentes

durant le premier mois de bébé