Pleurs de bébé : comment les comprendre et les calmer ?

Nous allons aujourd’hui nous intéresser à un sujet qui suscite de nombreuses questions auprès des parents : les pleurs de bébé. Comment les comprendre, à quoi sont-ils dus ? Comment réagir pour apaiser son enfant ? Et enfin, comment faire pour ne pas se laisser submerger par ses pleurs ?

Pleurs de bébé

Nombreux sont les parents qui se sentent démunis face aux pleurs de leur enfant. Et c’est bien normal. Il n’est, en effet, pas toujours évident de comprendre pourquoi son bébé pleure, surtout les premiers mois. Les pleurs deviennent alors source de stress et d’inquiétude. Pourtant, votre bébé pleure avant tout pour communiquer avec vous, ce qui est plutôt bon signe. Il essaye de vous dire quelque chose. Alors, faim, inconfort, fatigue, stress, comment décrypter ses pleurs ? Quels sont les signes à observer chez lui pour comprendre ce qu’il se passe et l’apaiser ? Voici quelques pistes qui pourront vous aider à dédramatiser la situation et à prendre du recul.

Pleurs de bébé : ce qu’il faut savoir

C’est durant ses trois premiers mois de vie que les pleurs d’un bébé sont les plus intenses. Il est d’ailleurs important de savoir qu’il existe un pic des pleurs vers deux mois, plus ou moins important selon les enfants. De plus, cette perception des pleurs peut-être très subjective selon votre vécu de parents. En effet, si vous êtes plutôt anxieux, ses pleurs peuvent vous sembler plus nombreux et être très difficiles à vivre pour vous.

Avant toute chose, il est important d’éliminer les causes somatiques des pleurs. C’est pour cela qu’il est vivement conseillé de prévoir un bilan ostéopathique de prévention pour votre bébé dans les jours qui suivent sa naissance. Cela lui permettra de se libérer des tensions et blocages apparus pendant la grossesse et l’accouchement. Il ne faut pas hésiter à retourner voire votre ostéopathe deux ou trois mois après, surtout si votre bébé vous semble inconfortable. De plus, si c’est un enfant qui pleure beaucoup, il va avoir tendance à se tendre, se crisper et va ainsi accumuler de nombreuses tensions. Un ostéopathe pourra l’aider à les dénouer.

Pourquoi un bébé pleure t-il ?

Votre bébé pleure pour vous exprimer un besoin ou une émotion. Ses pleurs sont donc un moyen de communiquer avec vous. Il se peut qu’il ait faim ou qu’il soit fatigué ou stressé. Il peut aussi pleurer parce qu’il se sent inconfortable, c’est à dire parce qu’il a chaud ou froid, que sa couche est pleine ou qu’il souffre de coliques. Un bébé pleure également lorsqu’il a besoin d’être câliné, porté et réconforté. Parfois, les pleurs peuvent aussi tout simplement être des pleurs de décharge. Ils sont souvent dus au stress accumulé dans la journée et aux stimulations parfois trop nombreuses. C’est ce que l’on appelle les pleurs du soir car ils apparaissent souvent en fin de journée ou dans la soirée. Enfin, il se peut aussi que votre bébé pleure au moment de l’endormissement. Cela signifie souvent que ce n’est pas le bon moment pour le coucher : trop tôt ou trop tard…

Comment comprendre les pleurs de mon bébé ?

Il est très difficile au début pour un jeune parent de décrypter les pleurs de son enfant. Mais ne vous inquiétez pas, avec le temps, vous allez apprendre à mieux le connaître.

Et pour cela, il faut donc commencer par l’observer. Quels signes vous-montre t-il ? Sa couche est-elle propre ? S’il met sa main à la bouche en tournant la tête, il a sûrement faim ou besoin de succion pour se rassurer. Pour savoir s’il a faim, regardez l’heure de la dernière tétée ou du dernier biberon. Soyez attentif à son rythme et vous repèrerez vite de quoi il a besoin. N’hésitez pas à utiliser des applis telles que Baby Tracker par exemple pour vous aider à vous organiser. S’il pleure en buvant, c’est peut-être un reflux. S’il se tortille et change de couleur après avoir mangé, il s’agit souvent de coliques. Si votre bébé pleure dans le bain, il a peut-être besoin de se sentir davantage contenu. Vous pouvez essayer de l’emmailloter dans un lange. Concernant les pleurs de fatigue, ils sont faciles à détecter : votre bébé est grognon, il se frotte les yeux, les oreilles, il a les paupières rouges. C’est le moment de le coucher. Dès trois mois, vous pouvez mettre en place une routine d’endormissement afin de le rassurer et de l’aider à trouver le sommeil. Enfin, si votre enfant pleure le soir, il est fort probable qu’il s’agisse de pleurs de décharge.

Comment apaiser mon bébé quand il pleure ?

Si les besoins vitaux de votre bébé sont satisfaits (faim/soif, rots/gaz, sommeil, couches, environnement calme, présence de l’adulte…) et qu’il continue à pleurer, quelques astuces peuvent vous aider à le soulager :

  • le bercement dans vos bras : cela lui rappellera le bercement vécu in-utero
  • la succion (petit doigt, tétine ou tétée) : il s’agit d’un besoin très présent durant les 4 premiers mois qui permet la libération d’endorphine (hormone du plaisir et l’apaisement)
  • « Shhhh » murmuré doucement ou les bruits blancs : ce sont les bruits les plus proches de ceux qu’il entendait dans le ventre maternel
  • le portage en positon panthère, option squat pour améliorer le confort digestif (n’hésitez pas à vous occuper pendant le portage afin de vous décentrer des pleurs)
  • le peau à peau
  • le massage pour apaiser les coliques ou le pivotement du bassin de gauche à droite jambe repliées en position allongée
  • l’emmaillotage
  • lui parler, le regarder, lui dire que vous êtes là pour le rassurer et le câliner

Si malgré tout, quelque chose ne vous semble pas normal et que votre bébé pleure souvent de manière inexpliquée, ne restez pas isolé. Prenez des avis auprès de professionnels de santé : pédiatre, médecin ou encore infirmière puéricultrice. Il est d’ailleurs bon de savoir que les infirmières puéricultrices sont présentes en PMI et qu’elles dispensent des consultations. De 0 à 6 ans, vous pouvez disposer de cet accompagnement sans frais. Cela permettra de peser votre bébé, de parler des quantités de lait par exemple mais aussi des pleurs. Pour savoir quelle PMI consulter près de chez vous, il vous suffit de regarder la première page du carnet de santé de votre enfant.

Que faire quand je me sens dépassé ?

Il arrive bien souvent que les pleurs soient difficiles à supporter, surtout s’ils sont fréquents. C’est tout à fait normal, vous ne devez en aucun cas vous sentir coupable. Chaque parent a sa propre tolérance aux pleurs, nous sommes tous différents. Avant de vous occuper de votre enfant, il est important de vous poser cette question : « Comment je me sens ? Est-ce que je me sens pleinement disponible pour apaiser mon bébé ? ». Si ce n’est pas le cas, déléguez et demandez de l’aide au coparent car les enfant sont de véritables éponges à émotions. Si vous êtes seul, respirez profondément, mettez votre bébé en sécurité dans son lit et dites-lui que vous revenez. Éloignez-vous et essayez de reprendre le dessus sur vos émotions. Détendez-vous, buvez un verre d’eau. Il vaut mieux un bébé en sécurité dans son lit qu’un bébé dans les bras d’un adulte excédé. Lorsque vous allez mieux, revenez vers votre enfant et observez les signes qu’il vous envoie.

Le syndrome du bébé secoué (SBS) touche plus d’un bébé par jour en France. Il s’agit d’un traumatisme crânien non accidentel causé par un ou plusieurs secouements, avec ou sans impact. Le mécanisme de secouement se produit lorsqu’un adulte excédé saisit un bébé sous ses aisselles et le secoue violemment. Cet acte de maltraitance, puni par la loi, cause des lésions neurologiques irréversibles dans 75% des cas mais aussi la mort dans 20% des cas. Pour en savoir plus, rendez-vous sur le site de l’association Stop bébé secoué.

Dois-je laisser mon bébé pleurer ?

N’écoutez pas les remarques fausses et culpabilisantes que votre entourage peut vous faire. Lorsque votre bébé pleure, il a besoin de vous tout simplement. Si vous le laissez seul, il va ressentir un très grand stress, néfaste à son bon développement. En répondant aux pleurs de votre bébé, vous lui envoyer un message essentiel : il peut vous faire confiance, vous êtes là pour le rassurer. En le portant et le berçant, vous ne ferez pas de lui un bébé capricieux. Un enfant ne s’habitue pas aux bras, il a besoin au contraire d’être réconforté pour pouvoir s’autonomiser. Ne doutez jamais de vos compétences parentales, vous, et le coparent êtes les personnes les mieux placées pour savoir ce dont a besoin votre bébé. Alors, faites-vous confiance ! Et n’oubliez pas de prendre soin de vous, c’est indispensable pour pouvoir ensuite prendre soin de votre enfant.

Pour en savoir plus, retrouvez-moi dans l’épisode 3 du podcast « Parents…Parlons-en ! » consacré aux pleurs et au réconfort.

Cet article a été rédigé par Marie Mourot & ParlonsBambins.

Crédit photo : pexels.com / © Anna Shvets

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Partager cet article

TÉLÉCHARGEZ VOTRE EBOOK 

Les 10 questions les plus fréquentes

durant le premier mois de bébé