Comment limiter les régurgitations au biberon ?

Nombreux sont les parents qui s’interrogent sur la bonne méthode à mettre en place pour donner le biberon à leur enfant. Et ils ont raison car si donner un biberon peut sembler facile, il est pourtant important de respecter la physiologie du bébé lorsqu’il s’alimente. Il est, par exemple, très fréquent de voir des bébés allongés pendant qu’ils prennent leur biberon. Pourtant, cette position n’est vraiment pas idéale. Alors, comment s’y prendre ? Comment faire pour que la prise du biberon soit la plus physiologique possible ? Je vous dis tout ce qu’il faut savoir pour que ce moment se déroule le mieux possible pour votre bébé.

Méthode biberon physiologique

D’un point de vue physiologique, le bébé humain est né pour être allaité au sein. Lorsqu’il boit le lait de cette manière, il peut gérer lui-même la cadence de son repas car le débit est principalement contrôlé par sa succion. Ainsi, au sein, il doit faire un effort pour téter et attendre que le lait s’écoule pour le recevoir. À l’inverse, lorsque bébé boit le biberon, le débit est plus rapide, immédiat. Moins d’efforts sont nécessaires pour boire le lait. La quantité ingérée est donc forcément impactée. Le bébé boit plus, ce qui peut entraîner un trop plein de lait dans l’estomac et ainsi accentuer les régurgitations.

Comment donner un biberon de manière physiologique ?

Bien souvent, lorsqu’un bébé régurgite, les parents ont tendance à penser que le lait n’est pas adapté ou que le choix de la marque du biberon n’est pas le bon. Pourtant, il suffit parfois simplement de changer la manière de lui donner le biberon pour que tout rentre dans l’ordre. Pour cela, la méthode « paced bottle feeding », appelée aussi « méthode à l’horizontale » est particulièrement recommandée car elle respecte les sensations et la physiologie du bébé.

Qu’est-ce que la méthode « paced bottle feeding » ?

Cette méthode, recommandée par la Leche Leegue permet notamment de respecter les sensations de faim et de satiété du bébé. Il est d’ailleurs important de savoir que cette dernière apparaît seulement au bout de 15/20 minutes de succion/déglutition (pour le sein et le biberon). Donc si le débit de lait est trop important, bébé risque de trop manger avant de se rendre compte qu’il n’a plus faim. Le lait va alors déborder de l’estomac et provoquer des reflux. L’objectif de cette méthode physiologique est donc de prévenir les régurgitations en ajustant la manière de donner le biberon. De plus, cette méthode a également d’autres bénéfices puisqu’elle permet de prévenir l’inconfort digestif. En effet, les sensations de bébé étant respectées (plus de pauses, moins d’air), les coliques seront moins fréquentes. Enfin, la tétée, plus longue (succion et contact avec le parent) contribuera à son bien-être et à son apaisement.

Quantités de lait : ce qu’il faut savoir

La méthode « paced feeding » est idéale car elle permet au bébé de manger à sa faim. Il n’est d’ailleurs pas toujours évident de savoir quelle quantité bébé peut manger, surtout les premières semaines. Pour y voir plus clair, il est important d’avoir quelques repères sur la physiologie de son estomac. Le premier jour, il a la taille d’une cerise, ce qui correspond à 5/7 ml de lait. À 3 jours, l’estomac du bébé a la taille d’une noix (22 à 27 ml) puis celle d’un abricot au bout d’une semaine (soit 45 à 60ml). Au bout d’un mois, son estomac ressemble à un œuf (80 à 150ml) puis à un gros œuf vers 6 mois (150ml).

Ainsi, à partir d’un mois et jusqu’à ces six mois, un bébé peut boire 80 à 150 ml de lait par tétée soit 720ml/24h en moyenne (entre 700 et 900 ml). Les quantités peuvent varier selon les bébés et les périodes : elles seront notamment plus importantes lors des pics de croissance et parfois diminuées lorsque bébé est enrhumé.

Les bons réflexes à avoir

De manière générale, mieux vaut proposer des petits biberons régulièrement et à la demande afin de ne pas saturer l’estomac de bébé. Vers 6 mois, avec la croissance de l’estomac et lorsqu’il mangera d’autres aliments, il espacera naturellement ses tétées (sein et biberon). Soyez également vigilant au débit de la tétine : il doit être le plus lent possible pour commencer. Il vous suffira d’ajuster par la suite selon son comportement (et non seulement selon son âge). S’il s’agite un peu trop ou s’il s’endort, il est probable que le débit soit trop lent. Pour en être certain, retirez la tétine de sa bouche. Si celle-ci est aplatie, c’est le signe que sa succion est plus forte que le débit. S’il tousse, régurgite ou retire sa bouche au bout de quelques secondes, le débit, au contraire, est sûrement trop rapide. Essayez dans ce cas un débit inférieur et observez si votre bébé semble plus confortable. Attention, si vous changez de lait pour un lait épaissi, veillez observer puis à ajuster le débit de la tétine car bébé risque de montrer plus de difficultés à téter.

Pensez à vérifier régulièrement l’état des tétines afin de vous assurer qu’elles ne soient pas endommagées.

Comment donner le biberon de manière physiologique ?

Lorsqu’un bébé prend son biberon en étant allongé et que ce dernier est positionné de manière verticale, il ne maîtrise pas la rythme du débit. Au contraire, il est complètement passif et ne peut que subir le flux de lait. L’estomac du bébé se sature alors rapidement. Pour éviter cela, optez pour une méthode plus physiologique, proche de l’allaitement maternel.

  1. Préparez la bonne quantité de lait pour votre bébé.
  2. Tenez-le en position semi-assise.
  3. Présentez-lui la tétine sur la lèvre supérieure afin de permettre une bonne prise en bouche.
  4. Maintenez le biberon à l’horizontal en veillant à ce que le lait recouvre le trou de la tétine (ce qui évite l’ingestion d’air). Laissez ainsi votre bébé moduler lui-même la prise.
  5. Faites des pauses régulièrement afin que bébé fasse un rot.
  6. S’il a des difficultés à terminer, n’insistez pas.
  7. Si bébé s’agite à la fin du biberon, prenez 5 minutes pour proposer le doigt ou la tétine. S’il se calme, c’est qu’il avait seulement encore besoin de succion. Si ce n’est pas le cas, il a sans doute encore faim : proposez-lui un complément.
  8. Enfin, gardez votre enfant en position verticale pendant plusieurs minutes après le biberon afin de faciliter sa digestion et l’aider à faire des rots.

Pour tout savoir de l’allaitement au biberon, n’hésitez pas à découvrir mon atelier « Le biberon : guide pratique ». À travers, 29 vidéos, je vous guide pas à pas pour accompagner votre enfant sereinement.

Cet article a été rédigé par Marie Mourot & ParlonsBambinsPublié le 7 décembre

Crédit photo : Adobe Stock / © o_lypa

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Partager cet article

TÉLÉCHARGEZ VOTRE EBOOK 

Les 10 questions les plus fréquentes

durant le premier mois de bébé