Comment concilier allaitement et reprise du travail ?

Vous allez bientôt reprendre le chemin du boulot et vous vous demandez comment concilier allaitement et reprise du travail ? Dans ce nouvel article, je vous donne quelques astuces afin de vous aider à préparer sereinement cette nouvelle étape.

allaitement et reprise du travail

Quand on allaite son enfant, beaucoup de questions peuvent se poser lorsque la reprise du travail approche. Est-ce possible de continuer l’allaitement malgré cette séparation la journée ? Comment introduire le biberon ? Comment m’organiser et quels sont mes droits au travail ? La première chose à savoir est que oui, il est tout à fait possible de continuer à allaiter son enfant tout en travaillant. Alors si c’est votre souhait, il va être important d’anticiper cette étape afin que la transition se fasse plus facilement.

Allaitement et reprise du travail : comment se préparer ?

Se séparer de son bébé est toujours une étape délicate qui peut être source de stress. Le mieux est donc de vous y préparer ensemble. N’hésitez pas à parler avec votre bébé, à lui expliquer ce qu’il va se passer. Expliquez-lui simplement que vous allez devoir vous séparer la journée et que c’est donc le bon moment pour lui proposer le biberon. Dites-lui que vous êtes prête et que s’il ne l’est pas encore, vous allez l’accompagner en douceur. Votre bébé comprend et perçoit vos émotions, la communication entre vous est donc essentielle.

Si vous le souhaitez et afin d’être plus détendue, vous pouvez donc commencer à introduire le biberon quelques jours avant la fin de votre congés maternité. Il n’y aucune obligation à cela, faites comme vous le sentez tout simplement. Sachez qu’il est possible que bébé refuse le biberon à ce moment là car la séparation n’est pas encore concrète pour lui. Il n’y a donc pas d’inquiétude à avoir.

Concrètement, comment introduire le biberon ?

Avant tout il est nécessaire de comprendre la différence majeure qui se joue entre l’allaitement au sein ou au biberon, pour votre bébé :

  • au sein, bébé gère la quantité et le débit de lait qu’il reçoit avec la force de sa mâchoire (mouvement de succion)
  • au biberon, selon l’inclinaison et le débit de la tétine, le lait arrive plus facilement, il gère donc peu le débit et fournit moins d’effort

Il est donc essentiel que la transition se fasse en douceur. Parfois, cela peut prendre un peu de temps avant qu’il accepte de boire au biberon. Rien d’étonnant à cela, c’est un gros changement pour lui.

Commencez par remplacer une tétée de la journée par un biberon puis progressivement, remplacez les autres une à une pour arriver au nombre souhaité. Lorsque vous travaillerez, vous pourrez continuer à mettre votre bébé au sein le matin et le soir.

Pour lui donner le biberon, installez-vous confortablement, bébé positionné en face de vous, le dos soutenu en position demi-assise (sur un coussin d’allaitement ou un transat par exemple). Utilisez ensuite la méthode « paced bottle feeding » pour le nourrir. Il s’agit de la méthode la plus physiologique car c’est celle qui se rapproche le plus de l’allaitement au sein. Avec cette technique, votre enfant aura ainsi davantage de contrôle sur le débit de lait.

Afin d’éviter une confusion pour votre bébé, il peut-être intéressant que le deuxième parent se charge d’introduire les premiers biberons. En effet, votre bébé peut sentir l’odeur du lait maternel et ce, même à plusieurs mètres…

Allaitement et reprise du travail : comment s’organiser au quotidien ?

La première chose à savoir, c’est celle là : durant la première année de votre bébé, vous pouvez bénéficier de deux pauses de 30 minutes par jour (bien souvent non rémunérées sauf si convention signée/ article L1225-30 du code du travail) pour le nourrir ou pour tirer votre lait. Donc si vous avez la chance de travailler à côté de l’endroit où il est gardé, il vous est tout à fait possible de prendre une pause pour aller l’allaiter.

Cependant, dans la majeure partie des cas, ce ne sera pas envisageable car vous ne pourrez pas rejoindre votre bébé. Il vous faudra donc tirer votre lait. Si vous travaillez dans une entreprise de plus de 100 personnes, sachez que cette dernière est dans l’obligation de mettre à votre disposition un local dédié à cet usage (la période d’allaitement est réduite à 20 minutes dans ce cas/ articles L1225-32 et R1225-6 du code du travail). Vous pourrez alors tirer votre lait au travail en remplacement des tétées. Il vous suffira ensuite de stocker le lait dans un récipient adapté et de le conserver au frais. Vous constituerez ainsi des réserves de lait que vous donnerez à la crèche ou à la nounou le lendemain.

Bien souvent, il arrive que l’usage du tire-lait soit un peu stressant la première fois. N’hésitez pas à bien vous entourer et demandez de l’aide si besoin (sage-femme, infirmière puéricultrice, consultante en lactation…). Anticipez son utilisation tranquillement quelques jours avant votre reprise afin de l’apprivoiser. Vous serez ainsi davantage en confiance.

Que faire si bébé refuse le biberon ?

Ne vous inquiétez pas trop si bébé refuse le biberon avant votre retour au travail, c’est très fréquent. Il finira sûrement par l’accepter à la crèche ou chez la nourrice quand il comprendra qu’il ne peut pas se nourrir autrement et qu’il se sentira plus en confiance. La période de familiarisation vous permettra aussi de prendre votre temps tous les deux afin de permettre à votre bébé de s’adapter à tous les changements qu’il vit.

Cependant si cela dure, n’hésitez pas à lui proposer son lait d’une autre manière. En effet, des alternatives existent : soft cup, cuillère, cuillère biberon, sonde au doigt (DAL), tasse, gobelet. N’hésitez pas à tester pour trouver celle qui convient le mieux à vous et à l’adulte qui s’occupera de bébé pendant votre absence.

Cette période de transition sein/biberon peut également s’accompagner de régressions du sommeil. En effet, si bébé saute des tétées en journée, il va naturellement compenser en se réveillant plus souvent la nuit pour téter. Cependant, si cela vous inquiète, parlez-en avec un professionnel de santé.

Vous souhaitez être accompagné(e) sur un sujet en particulier ? N’hésitez pas à réserver votre accompagnement personnalisé. D’une durée de 45 minutes, il me permettra de répondre à toutes les questions que vous vous posez.

Cet article a été rédigé par Marie Mourot & ParlonsBambins / publié le 22 septembre 2022

Crédit photo : © Wendy Wei

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Partager cet article

TÉLÉCHARGEZ VOTRE EBOOK 

Les 10 questions les plus fréquentes

durant le premier mois de bébé